Voix off et réseaux sociaux : où, pourquoi, comment ?

 

Une question qui revient souvent : comment puis-je améliorer ma visibilité sur les réseaux sociaux si je n’ai pas encore beaucoup de contenu à partager ?

reseaux sociauxTout d’abord, pourquoi vouloir être visible sur les réseaux sociaux ? N’est-ce pas juste du narcissisme ? Réponse : Oui. Ou non. tout dépend comment on les utilise. On peut évidemment y prétendre qu’on est gourou auto-proclamé, le meilleur de l’univers, la cerise sur le gâteau, bref. Ou poster des vidéos de chatons. Ou les deux.

Mais on peut aussi les utiliser de façon moins égotiste (et moins mignonne, les chatons étant quand même vraiment très mignons) ; ce sont des média gratuits (enfin, que l’on paye avec nos données, mais c’est un autre sujet) qui nous permettent non seulement de montrer notre travail à de potentiels clients et partager des infos avec nos collègues, mais également d’échanger avec les professionnels du métier pour agrandir notre réseau, élargir notre perspective et développer nos compétences. Ce sont les phpBB d’aujourd’hui – si vous n’avez pas la ref, je suis jaloux de votre jeunesse !

Mais encore ?

Être visible sur les réseaux sociaux, c’est également bon pour l’optimisation de votre site web, ou SEO (si vous n’avez pas encore de site web, je ne peux que vous recommander très chaudement de lire mon article à ce sujet intitulé “La vitrine de la mercerie”). L’algorithme de Google cherche les connections et la cohérence entre nos sites internet et nos réseaux sociaux. Si il y a un rapport organique, logique entre les différentes sources, c’est des bons points. Sinon, mauvais points.

Le raisonnement de Google est simple – et juste : si vous ne vous donnez pas la peine d’utiliser les outils gratuits mis à votre disposition pour promouvoir votre travail, prenez-vous votre business au sérieux, et du coup, servez-vous vraiment vos clients le mieux possible ? Le but de Google est de proposer les réponses les plus pertinentes aux recherches, et si un client potentiel fait une recherche de voix off, Google favorisera dans ses résultats de recherche les propositions qui seront les plus à même d’intéresser ces clients potentiels : des professionnels qui font tout pour être le plus visibles possible auprès de ses clients, afin de les servir au mieux.

Et sinon, la réponse à la question visibilité vs. contenu est… ?

J’y arrive ! Mon conseil : invitez les collègues à rejoindre votre réseau, avec un petit mot de présentation parce que pourquoi pas ? Aussi, une fois votre invitation acceptée, ne sautez pas sur votre nouveau contact pour lui demander toutes sortes de trucs – des conseils, liker votre page, sa liste de clients (vous seriez surpris de ce qu’on peut recevoir comme requêtes…) Vos contacts ne sont pas là pour être exploités, vous établissez une relation avec eux. Et une relation, ça prend du temps à se construire.share

Comment ? Likez, commentez les posts de vos collègues qui vous intéressent et, extrêmement important : partagez le travail ou le contenu qu’ils postent et qui vous inspire (les boutons ‘partager’ ou ‘share’ sont là pour ça). J’ai remarqué une très forte résistance à partager les posts des collègues sur les réseaux sociaux. Cela ne nous coûte rien, ne prend que quelques secondes, alors pourquoi ? Paresse, peur de diriger les projecteurs sur quelqu’un d’autre que soi ? Quoi qu’il en soit, je vous conseille fortement de partager : ça ne peut que vous être bénéfique.
N’oubliez pas non plus d’exprimer votre gratitude quand des collègues partagent vos posts en commentant (et pas seulement en likant) : ils se sont donnés la peine de vous reposter, la moindre des choses est de les remercier, non ?

La réciprocité est le maître-mot, mais n’attendez pas que quelqu’un partage votre travail pour partager le sien, ce n’est pas du donnant-donnant. Faîtes le premier pas, et ne soyez pas offusqué si cette personne ne vous retourne pas l’ascenseur immédiatement. Soyez assuré que vous avez fait un impact positif et que vous avez peut-être aidé quelqu’un. Fixez-vous pour objectif d’aider plus que vous ne demandez de l’aide. Ça vous donnera envie d’en faire toujours plus.

Partagez aussi du contenu pertinent qui pourrait intéresser vos collègues. Quel contenu, me demanderez-vous ? Ça pourrait être les articles de mon blog (on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même disait ma grand-mère), les vidéos d’échauffement de l’extraordinaire coach vocal Stéphanie Dumouch avec qui je co-dirige des stages, des liens en rapport avec notre métier, le son, la voix, l’équipement, des campagnes qui vous ont marquées, les sujets ne manquent pas. Il se peut que des collègues partagent ce que vous avez posté, et que ce soit ensuite repartagé – et cela peut accroître considérablement votre visibilité auprès des réseaux de vos collègues, et des collègues de vos collègues, et des… vous m’avez compris.

Bref, rien de bien différent de ce que, en tant qu’humain ni pervers narcissique, ni égocentrique pathologique, autrement dit en tant que personne socialement et interpersonnellement équilibrée, vous feriez dans la vraie vie : pensez aux réseaux sociaux comme une conversation. Ceux qui y parlent d’eux et de leur succès, en attendant que leur contacts likent, les félicitent et partagent le contenu qu’ils postent, sans faire de même avec leurs collègues, passent vite pour des égotistes qui utilisent les autres à leurs fins.

Troll

Quant à ceux qui postent dans les groupes uniquement quand ils ont quelque chose à vendre (promouvoir leur travail, leur coaching, dire “regardez-moi on m’aime j’ai du succès”), ou encore quand ils ont besoin d’aide pour établir un devis ou autre, les collègues comprennent généralement vite qu’ils ne sont pas là pour échanger avec la communauté, mais pour en profiter.

Également, attention à ce que vous postez. N’oubliez pas que ce qui va sur internet y reste pour l’éternité, et que vous y êtes jugé sur ce que vous y dites – et surtout comment vous le dites. Les trolls se font vite repérer et qui veut travailler avec un troll ?

Un autre conseil : ne pas donner d’avis sur des sujets pour lesquels vous n’avez pas d’expertise confirmée – à ne pas confondre avec des opinions qu’on a formées après avoir lu deux ou trois articles sur le web ce dont, avouons-le, nous sommes tous parfois coupables. On lit beaucoup de bêtises écrites par de soi-disant experts sur l’acoustique, le matériel, les tarifs… Encore une fois, n’hésitez pas à faire un peu de recherche sur ces experts, au-delà de ce qu’ils disent. Si certains ont les compétences requises, beaucoup… non. On a tous envie d’aider, mais encore faut-il en avoir les aptitudes.

Finalement : les autopromos, c’est nécessaire et recommandé pour montrer son travail dans ses profils et sa page professionnelle voix off Facebook (oui, une page pro Facebook est indispensable), mais pas dans les groupes professionnels. Ces groupes sont constitués principalement de collègues qui ne seront jamais des clients, et à part chercher à se faire mousser et à vouloir convaincre tout le monde qu’on est en demande parce qu’on est ‘simply the best’ (ce qui empeste le désespoir ou une condition psychologique fragile à la recherche constante de validation), l’intérêt est nul.

Bon d’accord, mais quels réseaux sociaux ?

Lors d’une formation dans laquelle je suis intervenu, une des participantes m’a demandé sur quels réseaux sociaux il était judicieux d’avoir une présence. Je lui ai répondu que Linkedin, Facebook, Instagram et Twitter étaient un passage obligé. Ce à quoi elle m’a dit que les réseaux sociaux l’embêtaient, et qu’un seul lui suffirait, mais lequel ? Ma réponse : si vous voulez en faire un métier qui vous nourrisse correctement, vous devez approcher cela différemment : comme un travail, que nous faisons tous les jours, dans lequel nous investissons du temps, comme n’importe quelle personne qui travaille. Sinon, c’est un hobby.

En tant que professionnels, nous travaillons pour gagner notre vie, et si notre travail est de parler dans un micro, notre business ne se limite pas à ça. Le marketing est vital à tout business qui se veut profitable, et les réseaux sociaux – TOUS les principaux réseaux sociaux – sont aujourd’hui des outils essentiels du marketing : il suffit d’observer la communication digitale de toutes les grandes marques.
Qu’on le veuille ou non, nous sommes des marchands proposant un service et le marketing est un effort permanent, continu, soutenu, qui fait partie intégrante de notre travail.

Mais justement, quel est l’intérêt business ?

En partageant, likant etc. les comms des personnes avec qui vous êtes connecté, il y a plus de chances qu’eux-mêmes partagent le contenu que vous postez, ce qui vous exposera aux personnes se trouvant dans leur réseau mais pas nécessairement dans le vôtre, permettant une dissémination par arborescence. Et cela ne devrait pas être sous-estimé – vous ne savez pas qui verra ou repartagera vos posts que vos collègues partagent, et ça pourrait être un client potentiel.

De plus, aider autrui, ça ne coûte rien à part un peu de temps, et c’est bon pour le karma de tout le monde, y compris le vôtre. Si vous utilisez les réseaux sociaux comme une rue à sens unique, ça va vite devenir une impasse. À vous de choisir !

En parlant de réseaux sociaux, vous me trouverez sur Linkedin, Facebook, Twitter, Instagram et ClubHouse. Et YouTube, qui n’est pas vraiment un réseau social à proprement parler, mais c’est aussi indispensable.

Merci d’avoir lu cet article et s’il vous a été bénéfique, pourquoi ne pas le mettre en pratique et le partager sur vos profils pour que vos collègues puissent aussi en bénéficier ? Je crois que la question, elle est vite répondue, bisou.

N’hésitez pas non plus à partager ici votre expérience et à laisser vos commentaires, vos suggestions ou vos questions. Ne vous retenez pas, je ferai de mon mieux pour y répondre.

2021-09-23T19:01:34+02:00

Partagez cet article, choisissez votre plateforme !

2 Comments

  1. Claire Dodin August 16, 2021 at 6:41 pm - Reply

    Tout à fait d’accord, surtout en ce qui concerne les chatons! 😉

    • pierremaubouche September 23, 2021 at 7:03 pm - Reply

      Ah ben oui, les chatons, c’est mignon !

Poster un commentaire

Go to Top